.. Actualité ..

Ornicard, Album : Bitcherländer

Ce nouvel Album d´Ornicard, c´est en grande partie une déclaration, un cri d´Amour pour sa terre natale, le pays de Bitche. Le titre : « Bitcherländer » désigne les habitants de cette belle zone géographique, située au nord-est du département de la Moselle en région Lorraine et dont la capitale est la ville de Bitche. Le Bitcherland est composé de 47 communes. C´est en quelque sorte le mal du pays, qui l´a inspiré. "C´est en prenant de la distance que l´on se rend compte de la beauté parfois cachée d´un territoire" - dit-il ! Venez découvrir à travers ce nouvel opus ces contrées et cette culture qui lui sont si chères...


Il est possible d´acheter l´Album et de me soutenir dans ma très grande Passion ici : ★ Amazon : http://goo.gl/cVob1d ★ iTunes : http://goo.gl/tWltYi


L´histoire derrière le projet est racontée dans cet article spécial sur le webzine BlazeHipHop : Ornicard - Bitcherländer.


Pour vous faire une idée précise du LP je vous propose de l´écouter et de le découvrir via Spotify :

Et via Deezer


Presse : article du Républicain Lorrain du 15.10.2016

Lien vers l´article -> Pays de Bitche : Bitcherapeur par vocation

Pour Yves Steffanus, être Bitcherläner est une source infinie de fierté et d’inspiration. Rencontre avec un naïf créateur hors norme.

Tout a commencé par un dessin, puis quelques écrits, prémices d’un besoin de création évident. Il passe par la case poèmes avant de se lancer dans un rap timide, sujet qu’il apprend à maîtriser au point de sortir il y a dix ans déjà un album de 17 titres.

Certes, celui qui prend pour blaze Ornicard (inspiré par le nom d’un petit chat figurant dans un livre de grammaire) essuie les critiques des bien-pensants. Pas assez pour le décourager, il puise sa force dans les vents contraires, n’hésitant pas à se moquer de lui-même et décrire ce qu’il voit avec un ton original.

Produit de A à Z

Trentenaire confirmé, le petit Yves s’est mué en rappeur innovant. Omniprésent sur les réseaux sociaux, technicien, romantique, nostalgique mais pas trop, peintre de la société, curieux, féru d’image, Ornicard cumule toutes les qualités qui font de lui un bel artiste. Son dernier lâcher de talent est un album de 18 titres illustré par un dessin signé François Abel, et qui résume bien le bonhomme. Coiffé d’une casquette blanche sur la scène improbable d’un concert clandestin, il assure le show face à des animaux ravis de voir se déhancher un drôle d’olibrius surveillé du coin de l’œil par un paysan du Pays de Bitche. Ornicard n’a rien d’un artiste de l’ombre, c’est au grand jour qu’il fait partager son art sur la toile.

« Je me suis dit que c’était le bon moment pour écrire cet album, il représente un an de travail, j’ai pris le temps de l’écrire et de l’enregistrer à la maison. Cela me fait plaisir de montrer mon amour pour cette culture et ce patrimoine qui me sont chers ».

Résumé de sa vie

Yves a grandi à Petit-Réderching et Etting, a étudié à Sarreguemines avant d’aller travailler à Ludwigshafen. La différence majeure, c’est que l’artiste maîtrise son produit, a fait appel à un compositeur pour toutes les mélodies et signé l’ensemble des textes.

« Produire un CD comme Bitcherländer a un coût, travailler de cette façon permet d’économiser et d’être présent sur diverses plates-formes, que ce soit Deezer, You tube ou spotify ». Ornicard revisite en fait tout son parcours, de son enfance à son son regard sur le Bitcherland actuel, en passant par des épisodes familiaux, comme cette chanson inspirée par un grand-oncle missionnaire au Lesotho…

A force de patience, cet artiste inclassable a fini par se faire un nom, et pas seulement sur les réseaux. Sa double culture, son envie de s’amuser et son sens de l’observation font sans doute la différence.

Par Philippe Creux.


Clip de Rap de Chef et Bitcherläner